LES MUSICIENNES DE LA VILLE D’ys

Cette sculpture fait parti d’une commande public pour la ville de Douarnenez. En plus des protagonistes principaux de la légende j’ai voulu y adjoindre les habitants ordinaires. Ceux et celles qui subissent les soubresauts de la classe supérieure. Et cet ainsi que j’ai crée ces trois musiciennes dans leur barque. Des réfugiées qui seront fondatrices de la ville de Quimper, non loin de la baie de Douarnenez où se trouve selon la légende la ville englouti de Ys.

Voici la version en français de la légende de Kêr Ys recueillie par La Villemarqué, extraite du Barzaz Breiz.

I
As-tu entendu, as-tu entendu ce qu’a dit l’homme de Dieu au roi Gradlon qui est à Ys ?
« Ne vous livrez point à l’amour; ne vous livrez point aux folies. Après le plaisir, la douleur !
« Qui mord dans la chair des poissons, sera mordu par les poissons; et qui avale sera avalé.
« Et qui boit et mêle le vin, boira de l’eau comme un poisson ; et qui ne sait pas, apprendra »

II
Le roi Gradlon parla :
– Joyeux convives, je veux aller dormir un peu.
– Vous dormirez demain matin; demeurez avec nous ce soir; néanmoins, qu’il soit fait comme vous le voulez.
Sur cela, l’amoureux coulait doucement, tout doucement ces mots à l’oreille de la fille du roi :
– Douce Dahut, et la clef ?
– La clef sera enlevée; le puits sera ouvert: qu’il soit fait selon vos désirs !

III
Or, quiconque eût vu le vieux roi endormi, eût été saisi d’admiration,
D’admiration en le voyant dans son manteau de pourpre, ses cheveux blancs comme neige flottant sur ses épaules, et sa chaîne d’or autour de son cou.
Quiconque eût été aux aguets, eût vu la blanche jeune fille entrer doucement dans la chambre, pieds nus :
Elle s’approcha du roi son père, elle se mit à genoux, et elle enleva chaîne et clef.

IV
Toujours il dort, il dort le roi. Mais un cri s’élève dans la plaine :
– L’eau est lâchée! La ville est submergée !
– Seigneur roi, lève-toi ! Et à cheval ! Et loin d’ici ! La mer débordée rompt ses digues !
Maudite soit la blanche jeune fille qui ouvrit, après le festin, la porte du puits de la ville d’Ys, cette barrière de la mer !

V
– Forestier, forestier, dis-moi, le cheval sauvage de Gradlon, l’as-tu vu passer dans cette vallée ?
– Je n’ai point vu passer par ici le cheval de Gradlon, je l’ai seulement entendu dans la nuit noire : Trip, trep, trip, trep, trip, trep, rapide comme le feu !
– As-tu vu, pêcheur, la fille de la mer, peignant ses cheveux blonds comme l’or, au soleil de midi, au bord de l’eau ?
– J’ai vu la blanche fille de la mer, je l’ai même entendue chanter : ses chants étaient plaintifs comme les flots.

Livadenn Gêr Is, Barzaz Breiz.

légende de Kêr Ys, La Villemarqué

source : culture-bretagne

Douarnenez est une ville de beaucoup de fêtes et de la musique. J’ai voulu que les habitants de cette ville se reconnaissent dans ces musiciennes. Et en même temps cette sculpture parle aussi d’un drame qui se passe dans notre monde. Des gens du monde entier qui cherchent une place parmi nous. Des personnes ordinaires qui ont des qualités et leurs joies de vivre et qui ont simplement vécues un malheur auquel elles essayent d’échapper. Tout comme ces filles revenues de temps jadis. Cette histoire si vieille qu’elle ne peut-être que vraie nous raconte les malheurs de notre temps, notre histoire et notre futur,…