Une belle présentation de mon atelier sur la page du pays bigouden sud

PORTRAIT – Bas van Zuijlen

« Créer du bien-être et ouvrir à une vision critique sur le monde » : artiste engagé, adepte d’une vie simple, Bas van Zuijlen manie l’art de la porcelaine design depuis près de trente ans. Après des études à l’École supérieure des arts des Pays-Bas, son chemin a croisé celui d’une Finistérienne. Ils sont amarrés depuis 2002 dans le Pays Bigouden Sud, avec un équipage de six enfants. En harmonie.

La porcelaine, c’est plutôt rare pour un potier céramiste…
Oui, c’est peu malléable, si fin… mais si beau ! Ma technique est assez complexe : je fais d’abord un dessin, puis un modèle en plâtre, puis un moule, j’y coule de la pâte de porcelaine, je vide le trop-plein, je cuis, j’émaille avec une couleur, je recuis à 1 250 degrés, j’applique un autre décor et je recuis, etc.

Vos réalisations sont diverses ?
Oui, je fabrique des objets utilitaires, à mon initiative et sur commande, pour des particuliers et des entreprises : assiettes, vases, lampes, jeux d’échecs… rarement en grandes séries. Ce qui me fait avancer, c’est le plaisir de la création. Je réalise du design industriel pour des fabricants d’arts de la table (BasZ design studio). Il m’arrive de réparer de la céramique à la japonaise, grâce à des incrustations d’or. Pour la ville de Douarnenez, j’ai créé Ys, cinq sculptures en grès installées sur le domaine public.

Où exposez-vous ?
Dans mon atelier de 40 m² « Esprit créateur », à Plobannalec-Lesconil, depuis 2016 ; dans divers lieux en Bretagne, mais aussi par exemple au carrousel du Louvre. J’apprécie la pluralité des réseaux finistériens et des beaux lieux pour exposer. Je suis à l’honneur dans le cadre du Festival de Cornouaille 2021, pour la création du trophée Kerneko.

Travailler “à la maison” est un choix ?
Oui, comme celui de vivre ici, dans un écrin de verdure, au calme. Nous avons six enfants de 8 à 21 ans, je suis disponible pour eux et je peux également me lever à 4 h pour dessiner. La qualité de vie est extraordinaire : du potager, j’entends le roulis de l’océan tout comme l’animation dans le quartier.

Un mot pour décrire le pays bigouden ?
Mystique. Regardez ces menhirs, ces chapelles, ces pardons… cette ambiance mystérieuse les jours de brume quand le soleil perce… La spiritualité m’intéresse, je suis engagé dans la communauté l’Arche de Gwenvez de Plonéour-Lanvern, inspirée par Lanza del Vasto, proche de Gandhi.

Des bons plans à proposer ?
Le Snap Jazz Festival à Pont-l’Abbé. Et la visite de mon atelier : n’hésitez pas à vous arrêter ou à appeler, très librement, j’aime faire partager ma passion !

Un conseil à un futur entrepreneur du pays bigouden sud ?
Oublie le parapluie : ici c’est coupe-vent et maillot de bain !

Atelier l’Esprit Créateur
2, hent Kerleusquenet, 29740 Plobannalec-Lesconil // contact@baszdesign.com // www.baszdesign.com

Crédit photos : Bas van Zuijlen, Flora Chauveau, Pierre Primot, Serj Philouz

Marché de poterie locale dans le jardin de l’ atelier

Le 2 octobre prochain aura lieu le premier Marché de Poterie Locale dans mon jardin. 12 céramistes viennent exposer et vendre leurs oeuvres dans une ambiance festive. Le jardin se refait une beauté pour accueillir tous ces gens sympathiques. La mairie de Plobannalec-Lesconil nous mets des barnums à disposition et et les autres partenaires tout ce qu’il faut par ailleurs. Et les copains de l’association de Créateurs et Artistes en Cornouaille « MAD-in-Dz » seront là pour faire les crêpes et servir les boissons. Il y aura un atelier construction de four de potier primitif auquel tous peuvent participer. Et deux ateliers payants (15€) : couler sa tasse en porcelaine et créer son collier de perles en pâte Egyptienne.

Marché de poterie locale, le 2 octobre 2022 dans le jardin au 2, Hent Kerleusquenet 29740 Plobannalec-Lesconil. Ouvert de 11h00 à 19h00.

Merci à nos partenaires : MAD in Dz, Ville de Plobannalec-Lesconil, Super-U de Plobannalec-Lesconil, Le Conseil Départemental du Finistère à travers sa marque Tout Commence en Finistère, la Communauté de l’Arche de Jean Vannier de Clohars Fouesnant.

Interview sur Radio Bleu Breizh Izel 29/03/2022

Circuit Bleu – Côté Culture

Dans le cadre du prix Kerneko 2022, nous avons été les invités de Baptiste Mebrouk dans son programme Circuit Bleu Coté Culture.

Baptiste Mebrouk, Jean-Marc Ferrand et Bas van Zuijlen discutent du prix Kerneko, du festival de Cornouaille, de l’artisanat et de la méthode de fabrication de la porcelaine. Puis Bas présente sa nouvelle création, une théière dessiné pour la Filleule des Fées, plantation de thé à Languidic.

STOP AUX CONCEPT STORES

Coup de gueule : STOP AUX CONCEPT STORES qui veulent mes produits gratuits

Encore une fois une gentille dame me contacte pour me proposer une place dans son concept store. Je me renseigne et voilà, ce que je redoutais arrive sur la table. elle crée une boutique « concept store hyper design » et voudrais savoir combien d’artisans d’art sont prêts à la suivre,… Elle offre la place d’exposition gratuite dans sa boutique.

Je vous explique ce qui ne vas pas dans cette construction ; La concept store loue un local, investit dans la déco, le site web, la comm., pour vendre,… de l’air ! Enfin,… pour vendre ce qui ne lui appartiens pas. C’est a dire les produits des artisans d’art qu’elle n’as pas encore payés. Et si un produit ne se vends pas, hop!, on le renvoie chez l’artisan d’art sans le payer, parfois même à ses frais.

Mais moi, artisan d’art, j’ai déjà investi dans ma formation, mon temps, mon atelier, ma matière première, mon site web, ma com. , etc. Il n’est pas normal que je fasse en plus crédit à la boutique qui veut vendre mes produits, et ce sans aucun garanti.

C’est à la commerçante ou le commerçant de connaître sa clientèle. Et de commander auprès de l’artisan ce qui est susceptible de se vendre dans ce lieu, auprès de ce public. L’artisan n’as pas l’information nécessaire pour savoir quel produits exposer à cet endroit. Donc ce n’est pas l’artisan d’art qui peut savoir en combien d’exemplaires fabriquer tel ou tel objet pour raisonnablement réussir à écouler le stock. Ces informations appartiennent à la boutique, et c’est à la boutique de porter cette responsabilité. A défaut de assiette financière suffisante de la boutique, il y a la banque, spécialiste dans les crédits qui peut lui prêter.

Ou encore, le fait qu’une boutique me commande des objets en nombre est un engagement, une gage de confiance. Je sais alors que la boutique à foi dans mes produits et qu’elle vas effectivement les vendre !

Non je ne me prête pas a ce jeu. Je serais heureux de vendre dans une boutique, une concept store ou autre galerie d’art éphémère, mais en étant rémunéré pour mon travail, juste et à temps.

Bas van Zuijlen, mars 2022

Exit Shell et BasF

Aujourd’hui j’ai supprimé Shell et BasF de mes références sur mon CV en ligne. Pour la premiere entreprise j’avais, en tant que stagiaire, dessiné l’agencement des bureaux de quelques étages de leur siège à Rotterdam. Chez BasF, dont les bureaux se trouvaient dans la ville de mon Ecole d’Art nous avions exposé en tant que étudiants en design. deux belles expériences qui ont été bénéfique pour moi à l’époque.

Alors pourquoi les supprimer de mon CV ? Je ne suis pas pour une obscurcissement de l’histoire. Ne déboulonnez pas les statues ! Mais le CV ce n’est pas seulement de l’histoire. Un CV reflète aussi ce que je souhaite faire aujourd’hui, là où je me positionne aujourd’hui. Et c’est justement là que les entreprises Shell et BasF n’ont plus leur place. Shell est une entreprise qui continue de polluer le monde et qui exploite sans honte des tiers pays pour nous faire rouler dans nos bagnoles. BasF est peut-être encore pire avec les milliers de tonnes de produits toxiques qui sont sciemment produites et versés chaque jour sur la planète en guise de « protection de plantes cultivés ». Et ils sont prédateur du vivant, producteur de OGM, des causes contre les quels je lutte activement. Et j’en passe,…

Je veux actuellement mettre mon énergie dans la protection de la planète. Ouvrir le consciences de mes frères et sœurs en humanité sur notre appartenance spirituelle et physique de cette écologie qu’est notre Terre. Donc ces multinationales n’ont plus d’importance pour moi.

Bas van Zuijlen

Quelle est la différence entre céramique et porcelaine ?

Tel est la question qui m’est souvent posée. Je vais tâcher d’y répondre de façon compréhensible.

La céramique

Au sens le plus large, la céramique englobe toutes les terres qui ont été chimiquement transformées par la chaleur. Ainsi, nous pouvons considérer tous les métaux, tous les verres et toutes les argiles cuites comme céramique. Quand on regarde de près les activités des industries d’extraction minière, on voit d’ailleurs bien comment tous ces matériaux sont liés. Par contre, les pierres précieuses, qui ne se transforment pas par la chaleur, ne sont pas considérés comme céramiques.

Mais dans un sens un peut plus restreint, la céramique, ce sont uniquement les terres cuites qui ont subi une telle transformation que même en le fondant de nouveau, on ne récupère pas le matériau de base. Ce qui exclus de fait les métaux et les verres de la dénomination céramique.

Poteries et céramique technique

Dans ce cas, la céramique englobe toutes les poteries en faïence, en grès, en porcelaine à pâte tendre et en porcelaine à pâte dure d’un côté et toutes les céramiques techniques d’un autre côté. Celles que vous retrouverez dans les robinets, sur les vaisseaux spatiaux, les couteaux céramiques, les vitres de poêles, les pistons de moteur à explosion, etc.

Dans la vie de tous les jours et dans les commerces, ce que nous dénommons céramique, c’est la vaisselle et les sculptures en terre cuite. Les potiers et les céramistes industriels utilisent pour cela principalement trois terres : la faïence, le grès et la porcelaine. Je les ai mis dans l’ordre de dureté et de température de cuisson.

La faïence

La faïence est une terre argileuse que nous trouvons surtout dans les affluents de rivières et de fleuves. Elle se cuit à des températures comprises entre 960 °C et 1060 °C. La faïence peut avoir différentes couleurs : celle de Quimper et de celle de Gien est plutôt claire, presque blanche, mais les Terracotta d’Italie sont toujours dans des tons de rouge et de marron.

La faïence ne se déforme pas au grand feu et de ce fait, le potier peut la cuire posé sur des petits picots. A contrario des autres céramiques qui nécessitent toujours un appui stable. Quand la pièce est cuite de cette façon, vous ne verrez nulle part sur la pièce la couleur de la terre, uniquement la couleur de l’émail.

La faïence doit toujours être émaillée, sous peine de rester perméable à l’eau. La faïence n’est pas très dure. Si vous avez une pièce où l’on voit là une partie non émaillée, on peut rayer la faïence à cet endroit avec un couteau, Sinon ce n’est pas de la faïence. Une autre méthode pour reconnaître la faïence est de tapoter doucement sur le bord avec une cuillère. Le son entendu sera mat : « poc », et ne chante pas.

Le grès

Le grès est une terre beaucoup plus dure et solide. C’est la terre préférée des potiers tourneurs et des sculpteurs en céramique. Elle se cuit entre 1160 °C et 1300 °C selon sa provenance. C’est une terre qui se trouve plutôt dans les massifs sous forme de roche. Elle devient friable sous l’action de l’eau et le gel, ou sous forme de terre argileuse dans le sol. Le grès se trouve dans la nature en différentes teintes allant de blanc cassé à noir en passant par tous les tons de gris et de rouge. Elle se tient bien au modelage et à la cuisson. De plus, en la cuisant entre 1250°C et 1300 °C, elle peut devenir étanche sans émail.

Cette terre de grès est aussi particulièrement bien recommandée pour des techniques comme le raku, qui demandent une grande résilience de la part de l’argile. On peut aussi utiliser une multitude de techniques de finitions sur cette terre. On peut la laisser brute, la polir avec de la cire, ou de la fumée. Y appliquer des glaçures de sel, une couverte ou un émail coloré. Il est aussi relativement aisé de mélanger différents grès dans une même réalisation pour obtenir des effets marbrés.

Cette terre nécessite de garder une assez forte épaisseur. Pour la reconnaître, on remarquera son poids. Pour un objet de même taille le grès est bien plus lourd que la faïence. En essayant de rayer le grès avec un couteau, vous abimerez le couteau, pas le grès. Et quand on le tapote avec une cuillère le son est plus clair « pong » et un peu plus chantant.

La porcelaine

Enfin, la porcelaine est une terre rare qui se trouve à l’état naturel uniquement en sud-est Asie. Les Chinois, les Japonais et les Coréens travaillent la porcelaine depuis 5 000 ans. Nous avons découvert la porcelaine que durant les illustres années des Compagnies des Indes. Les céramistes de Delft ont essayé de reproduire l’aspect extérieur de la porcelaine en émaillant la faïence avec des émaux d’étain blancs et en dessinant dessus des décors très fins en bleu de Cobalt, une autre matière importée de là-bas.

Dès lors, les Rois et les Empereurs de l’Europe des lumières donnent ordre à leurs Manufactures Royales de trouver la recette de ce fameux « Or Blanc ». Les Manufactures de Sèvres, Limoges, Mayence, St. Pétersbourg et de Tourcoing trouvèrent dans les mêmes décennies du 18e siècle les recettes de la porcelaine. Nous avons donc toujours 4 500 ans de retard sur les pays de l’Orient lointain. Néanmoins, ces manufactures fabriquent toujours des merveilles d’un luxe incomparable.

l’Aspect de la porcelaine

La porcelaine est presque toujours blanche. Il n’y a que celle d’Asie qui parfois est de couleur franchement grise ou marron. Ceci est dû aux impuretés que l’on trouve dans les terres extraites de façon naturelle. En Europe, nous composons nos terres de porcelaine par mélange de Kaolin, Feldspath et Quartz et quelques autres ingrédients pour affiner la recette. Et nous purifions tous ces ingrédients pour obtenir une blancheur incomparable. La porcelaine à pâte dure se cuit entre 1250 °C et 1500 °C. Celle à pâte tendre (Sèvres) à 1160 °C, ce qui permet une meilleure tenue à la cuisson et donc des formes plus exubérantes.

La porcelaine est translucide et elle chante longtemps -comme une cloche- quand on tape doucement sur le bord. À la cuisson, elle fond jusqu’à devenir complètement étanche. Une fois cuite, elle est plus dure que l’acier, et on ne peut la couper uniquement avec un diamant. La porcelaine est un des matériaux les plus solides qui existent sur la terre, c’est pour cela qu’on peut se permettre d’en faire des objets si fins. Qui, eux, au contraire sont connus comme étant de la vaisselle fragile. On couvre la porcelaine rarement avec des émaux colorés. On lui préfère une couverte transparente avec un décor en sur- ou en sous émail. Ainsi, l’éclatante porcelaine joue tout son rôle d’Or Blanc. Mais moi, j’aime utiliser des couleurs éclatantes en combinaison avec la blancheur et la transparence de la porcelaine fine. Ce qui fait, entre autres, l’unicité de mes créations.

Bas était au cyber fest noz

J’ai été choisi pour créer le trophée Kerneko. Voici sa présentation lors du cyber fest noz 202 Cette présentation, a été vu par 300.000 personnes connectées, et diffusée en live sur FR 3 et Radio Bleu Breizh Izel. 19 décembre 2020. Retransmission du fest noz sur An Tour Tan